Bienvenue
Où : Inverness City (Scotland) Quand : Année 2017. Qui : Étudiants, professeurs, personnel et sorciers venus de tous horizons. Le Comment du Pourquoi : Après avoir terminé leurs études à Poudlard, certains sorciers ne s’arrêtent pas là. Soit parce qu'ils n'ont pas envie d'entrer dans la vie active (tout de suite), soit parce que leurs parents souhaitent les voir continuer leurs études. Les cours sont donc encore loin d’être terminés, certes, mais heureusement pour vous petits veinards, l’ambiance n’est plus du tout la même qu'a Poudlard. Débauches, folies, beuveries, sorts à gogo, kiss à tire-larigot, le monde des jeunes sorciers n’a jamais été aussi rock’n’roll ! ♥
Liens utiles
Informations
Hungcalf est sur Topic'it ! Toi aussi, télécharge l'application mobile gratuite (iOS et Android) qui te permettra de consulter et participer à ton forum de façon simple et conviviale. Pour ce faire, rdv sur https://topicit.net/fr
C'est avec grand plaisir que nous accueillons Cordelia Warrington et Malcom MacNaughton / Sullivan Phelps dans le staff ! Nous tenons également à remercier tous ceux d'entre vous qui ont postulé, ça fait chaud au cœur ! *--* Merci de vouloir vous investir autant sur Hungcalf ! ♥
Cours
MÉTAMORPHOSE (1)
THÉÂTRE (1)
DCFM (1)
ASTRONOMIE (1)
SPM (1)
POTIONS (1)
Sorcière-Hebdo
Grace
de Launay

Profil
Othello
Lovingblow

Profil
Revenir en haut Aller en bas

le forum est en construction ♥

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 BARGUS ✽ Forever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Primerose MacNaughton
Fondam o o n c h i l d ☾
›› lien vers : ma présentation
›› messages : 1062
MAZZ
›› particularité(s) : paranoïaque & atteinte de schizophrénie chronique

The Truth Is Out There
club: je suis un blaireau
club:
MessageSujet: BARGUS ✽ Forever   Sam 21 Fév - 2:54



ARGUS HENRIKSENBRYNHILDR GREGORIU



Sa main dansait sur l'épais papier, dessinant les courbes et les corps entremêlés tandis que Schubert résonnait partout dans le salon. Cet après-midi était absolument parfait. À l'image de l'homme rigoureux et raffiné qui s'évertuait à retranscrire toute l'émotion et la violence de la réplique qui se tenait devant lui. Le Tintoret de Caïn et Abel. Œuvre somptueuse qui faisait étrangement écho en lui ; le prédateur né. La douleur et la mort le fascinaient. Il n'en n'avait pas peur. Bien au contraire. Il ne connaissait pas cette étrange émotion. Il était seulement ... pragmatique. Doté d'un esprit et d'une intelligence qui faisait peur puisque personne ne le comprenait ; du moins, en apparence. Car il cachait bien son jeu le diable. Homme avenant et respectable en société, jamais il ne montrait son véritable visage. Le monde ne l'accepterait pas. Il ne comprendrait pas. Ils étaient bien trop faibles et ignorants pour voir les choses sous un autre angle.

« Magnifique ... » Lui susurra-t-elle d'une voix douce et chaleureuse. La jeune femme s'était approchée discrètement de son mentor, mais il ne daigna pas lui accorder le moindre regard. Il se contenta de terminer la jambe de la victime, lui assénant un dernier coup de pinceau au creux de l'aine. Satisfait, il posa son outil et leva la toile devant lui afin d'admirer son œuvre. Il la regarda longuement, scrutant le moindre des détails et finit par admettre, à voix basse, qu'elle était absolument parfaite. « Merci Margot » dit-il poliment avant de questionner sa protégée : « Puis-je savoir ce que tu fais ici ? ». Une once d'animosité ponctuait la voix suave du professeur. Bien qu'il appréciât énormément la jeune femme, il détestait sa fâcheuse tendance à s'introduire chez lui alors qu'il ne l'avait pas invité. Il ne lui laissa donc pas le temps de répondre. « Tu sais très bien que je suis à cheval sur la politesse et voilà que tu fais tout pour me déplaire ... » Ajouta-t-il, sérieusement agacé par le comportement de la jolie rousse. Il reposa donc ce qu'il avait entre les mains et se leva pour dominer l'impertinente de toute sa hauteur. Elle ne devait surtout pas oublier où était sa place et qui était le maître ici. « Je sais très bien » riposta-t-elle, visiblement gênée « Mais je ne suis pas venue les mains vides. Je pensais que tu aurais peut-être faim alors j'ai ramené de quoi dîner ... ». Du bout des doigts, elle désigna la porte de la cuisine, essayant tant bien que mal de garder la face. Mais ses joues avaient rosi et il était difficile pour elle de soutenir le regard si dur de celui qui l'avait prise sous son aile. Argus l'avait remarqué. Pourtant, il ne fit aucun effort pour la mettre à l'aise. « Bien. Maintenant, je vais ... » Ses mots restèrent suspendus à ses lèvres alors que l'on sonnait à la porte d'entrée. Surpris, il releva un sourcil et tendit l'oreille. Qui cela pouvait bien être ? Il n'attendait personne ... « Vas t'en Margot » finit-il par murmurer calmement. « Passe par-derrière et ne fait pas de bruit. Je ne tiens pas à ce que l'on nous voit ensemble ». Les yeux de la demoiselle se plissèrent de colère, mais elle ne moufta pas. Elle lui lança seulement un regard dédaigneux avant de tourner les talons et s'évanouir dans l'ombre. Elle savait pertinemment qu'il ne valait mieux pas contrarier le professeur si elle ne voulait pas en subir les conséquences. Argus la suivit du regard, vérifia qu'elle était bien partit et se dirigea lentement vers l'entrée en rajustant son costume. Il n'avait aucune raison d'être méfiant, mais il n'aimait pas les visites impromptues. Qui sait ce qu'il pouvait bien faire chez lui à ce moment-là ? À cette idée, il frémit et lâcha un petit rire inaudible avant d'ouvrir la porte.

« Brye ? » s'exclama-t-il, surprit, avant de lui décrocher son plus beau sourire. « Je ne m'attendais pas à te voir à cette heure-ci ... Qu'est-ce qui t'amène ? » Poursuit-il avant de l'inviter à entrer. « Quel plaisir de te voir ... » Ses mots étaient (pour une fois) sincères. Brynhild était la seule femme qu'il n'ait jamais aimée et chacune de leur rencontre était un véritable délice. Elle avait le don de le rendre vivant, lui faire ressentir des choses qu'il se croyait incapable d'éprouver. Bref, qu'il le veuille ou non, il était toujours amoureux d'elle ...






1000 nights ☽ it's hard to see beyond what's in sight. but when you tilt the light i realize. for 1000 nights. i've been a restless soul. just wasting time. digging up fool's gold. it took a 1000 nights. being on my own. for me to find. it was all fool's gold. (find !)


Dernière édition par Argus Henriksen le Dim 22 Fév - 21:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: BARGUS ✽ Forever   Sam 21 Fév - 19:23


forever


La radio crachait quelques notes grésillantes. Vague bruit de fond, il était pratiquement impossible de reconnaître, le morceau, l'émission ou même la chaîne. Ses doigts avaient pressé le bouton par habitude, et elle avait laissé l’agacement crépitement jusqu'à son arrivée. Comme à son habitude, elle avait repoussé l'idée de repos, de sommeil, pour à nouveau se plonger dans son boulot. Elle redoutait la moindre seconde de relâchement, et son organisme avait fini par suivre le mouvement. Un train d'enfer, certes, mais les fruits de son labeur avaient fini par payer. L'heure était tardive, un peu trop peu être mais qu'importait. Sa main se glissa dans le sac posé sur le siège passager, avant d'en sortir une pochette. L'affaire qui l'amenait ici. Elle claqua la portière derrière son passage avant de se diriger vers la porte d'entrée. Après quelques secondes d'hésitation, elle appuya sur la sonnette. Alors qu'elle patientait, elle souffla légèrement dans l'air glacé de cette nuit californienne. La porte émit un déclic avant de s'ouvrir. L'appréhension se dissipa. « Elle-même » se contenta-t-elle de répondre à l'appel de son surnom. « Bonsoir, Argus. » reprit-t-elle plus sobrement. D'un léger signe de la tête, elle accepta l'invitation avant de s'engouffrer dans la demeure. « Je ne me serais jamais permise de venir sans être invitée. » dit-t-elle en souriant. Enfin, il le savait. Avec n'importe quel autre personne, cela n'aurait pas dérangé Brynhildr, mais trois ans de fréquentation l'avait appris à cerner l'homme. Au vu de sa réaction toutefois elle ne s'était pas introduite à un mauvais moment. C'était le principal. Nerveusement, elle tapota la couverture rigide du dossier. Messagère, messagère, encore et toujours. Ça lui collait à la peau ce rôle qu'elle n'avait pourtant jamais demander. Quelle ironie quand on y pensait. Une promotion, un nouvel emploi et elle se retrouvait à faire le travail des stagiaires, celui que l'on délègue aux bonnes poires. Mais, il s'agissait de son échappatoire, de sa façon bien à elle d'éviter le statique. Le changement l'avait secoué, de nouveau, bien plus qu'elle n'aurait voulu l'admettre. « Je sais qu'il est tard... » continua-t-elle, hésitante. Avait-t-elle chercher un prétexte ? Juste pour chercher une ancre, du familier, dans une vie qui allait ces derniers temps à cent à l'heure. Elle se retint de soupirer. Pas de sommeil pour les oiseaux de nuit dans son genre. Pour certains ce genre d'horaire ajoutait une dimension nettement plus glauque à une pareil profession, les habitués ne finissaient par plus s'en rendre compte. Elle n'avait qu'à le remettre à son destinataire, et elle serait de nouveau en route.

C'était toujours un enchantement, le simple fait de profiter de sa présence. Dans le flot des connaissances, des quelques rares amis. Elle appréciait leurs rencontres, cette relation qui s'était nouée entre eux et qui avait perduré malgré leur rupture. A ses côtés au moins, Brynhildr ne songeait pas au bruit infernal, aux images rougis qui l'assaillait lors qu'elle faisait preuve d'une seconde d'inattention. Elle ne songeait pas aux cachets qui lui offrait un semblant de tranquillité. L'homme était charmeur, charismatique. De tout les hommes qui avaient traversé son existence, la présence d'Argus avait sans aucun doute été la plus persistante. Elle qui favorisait habituellement l'éloignement... la proximité qui continuait à subsister entre eux deux. Alors que les rencontres qu'elle faisait habituellement se promettait riche en mauvaises surprises, celles avec Argus étaient toujours plaisantes. « Gilligan m'a demandé de te remettre le dossier. » précisa-t-elle en lui tendant celui-ci. Une affaire d'homicide. Brynhildr avait elle-même procédé à l'autopsie. Le cadavre avait été retrouvé en fort mauvais état. Les détails du crime, le profil de celui qui avait produit le méfait n'était pas de son ressort, elle s'était contenté de tirer des restes les analyses pointues, la cause du décès, pour tracer les résultats d'une écriture soignée sur les documents qu'elle avait par la suite remit à son patron. C'était le boulot de la police et des criminologues de s'occuper de ces affaires, du pourquoi du comment, de l'appréhension du suspect... Parfois, son esprit voguait vers les nombreux corps qui ne seraient jamais retrouvés. Elle prit une inspiration. Pas ce soir. Elle se faisait violence pour éviter de penser au boulot, d'éviter l'obsession grandissante, l'échappatoire qu'elle trouvait avec les morts plus qu'avec les vivants. Ses tentatives avaient été fructueuses, ayant même réussit à plier l'habituel froideur qui la caractérisait, selon une bonne partie de son entourage. « Comment vas-tu ? » après tout, elle était là pour le boulot mais pourquoi oublier les politesses.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
 

BARGUS ✽ Forever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BARGUS ✽ Forever
» Love me now or hate me forever!
» -Claire-"Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit" Serdy forever.~
» La Forever Académie (Forum RPG)
» [Complet]Yun conquiert Kanto ~ Moemon Forever v3

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Whitefish :: 
CITY OF WHITEFISH & WORLD
 :: South of Los Angeles
-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet