Bienvenue
Où : Inverness City (Scotland) Quand : Année 2017. Qui : Étudiants, professeurs, personnel et sorciers venus de tous horizons. Le Comment du Pourquoi : Après avoir terminé leurs études à Poudlard, certains sorciers ne s’arrêtent pas là. Soit parce qu'ils n'ont pas envie d'entrer dans la vie active (tout de suite), soit parce que leurs parents souhaitent les voir continuer leurs études. Les cours sont donc encore loin d’être terminés, certes, mais heureusement pour vous petits veinards, l’ambiance n’est plus du tout la même qu'a Poudlard. Débauches, folies, beuveries, sorts à gogo, kiss à tire-larigot, le monde des jeunes sorciers n’a jamais été aussi rock’n’roll ! ♥
Liens utiles
Informations
Hungcalf est sur Topic'it ! Toi aussi, télécharge l'application mobile gratuite (iOS et Android) qui te permettra de consulter et participer à ton forum de façon simple et conviviale. Pour ce faire, rdv sur https://topicit.net/fr
C'est avec grand plaisir que nous accueillons Cordelia Warrington et Malcom MacNaughton / Sullivan Phelps dans le staff ! Nous tenons également à remercier tous ceux d'entre vous qui ont postulé, ça fait chaud au cœur ! *--* Merci de vouloir vous investir autant sur Hungcalf ! ♥
Cours
MÉTAMORPHOSE (1)
THÉÂTRE (1)
DCFM (1)
ASTRONOMIE (1)
SPM (1)
POTIONS (1)
Sorcière-Hebdo
Grace
de Launay

Profil
Othello
Lovingblow

Profil
Revenir en haut Aller en bas

le forum est en construction ♥

Partagez | .
 

 the night is dark and full of terrors ♦ Amesto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    Lun 13 Juil - 23:29

the night is dark and full of terrors

mess mcaleese & alecto fowler


Il ne l'avait toujours pas remarquée.
Au volant de sa vieille américaine des années 90, elle le filait depuis bientôt une heure, maîtresse de sa patience et déterminée. Peu importait les raisons qui lui avaient fait croiser sa route ; il l'avait trahie, trompée, lancée sur une mauvaise piste et mit sa vie en danger. Par sa faute, elle avait risqué celle d'un collègue et au final, les informations qu'elle avait récupérées s'étaient révélées totalement erronées. S'il lui avait menti pour de l'argent ou par volonté de lui nuire ? Elle n'en savait rien encore mais comptait bien le découvrir. Et la colère qui l'habitait l'obnubilait suffisamment pour occulter la douleur des blessures récoltées dans l'algarade...

Une entaille d'environ dix centimètres ornait désormais son abdomen au côté droit. A peine au dessus de sa cicatrice  d'appendicite adolescente. En dehors d'un poignet cassé et de quelques bleus atrocement douloureux, c'était sa première plaie de guerre, façonnée par un jet de lame imprécis mais vigoureux. Son ami chirurgien l'avait recousue il y avait un peu plus d'une semaine, et l'avait quittée une fois de plus dépité par tant de violence et de secrets. Les points étaient parfaits, la ligne plutôt jolie, mais ça n'était pas encore guéri...

Dans ses gestes quotidiens, se mouvoir lui était encore pénible et difficile, aussi la perspective de pouvoir filer le traître en voiture avait-elle suffi à décider le professeur. Les choses en auraient été autrement si elle ne l'avait pas de nouveau rencontré par hasard. Jusqu'à présent, il avait traversé la ville du nord au sud et n'avait fait que deux maigres haltes en chemin. Inconsciente, elle l'était indubitablement en agissant de la sorte ; elle espérait pourtant pouvoir le coincer dans un endroit désert, et le forcer à parler. Le menacer faisait partie du plan, elle voulait des réponses et des explications. Une cible sur laquelle se défouler un peu, par la même occasion.
Mais quand l'homme descendit une troisième fois de voiture à l'entrée du Break Bar, qu'il s'engouffra à l'intérieur pour ne plus en sortir, la patience et le sang froid de l'enquêtrice finirent par s'évaporer.  Contre toute-attente, sa raison lui faisait défaut parfois, la poussant alors à frôler l'illogisme, ou bien l'inconscience.

Son arme à portée, elle s'extirpa du véhicule à son tour, érinye drapée dans son orgueil et sa folie vengeresse. Guidée par les battements étouffés, elle s'approcha des portes jusqu'à discerner la mélodie qui fuyait.  Un vieux mighty real de Jimmy Somerville, deux-trois souvenirs d'enfance balayés par l'obsession d'une tâche à accomplir.
Ca n'était pas vraiment le genre de la maison -elle connaissait personnellement le propriétaire des lieux- mais cela présageait une effervescence qui distrairait peut-être suffisamment. Sans savoir vraiment ce qu'elle s'apprêtait à faire, consciente qu'il esquiverait probablement sa présence et ses questions dès l'instant où il la remarquerait, elle pénétra quand même au cœur de l'établissement, discrète et prudente à sa manière.

A première vue, il y avait moins de monde que ce à quoi elle s'était attendue. Malgré les danseurs et les soiffards agglutinés au centre de la pièce et un peu plus loin autour du billard, elle le repéra presqu'aussitôt, et ne le lâcha plus des yeux. A Robin la serveuse, elle commanda un verre qu'elle ne vit jamais arriver. Aveugle à tout le reste, elle saisit sa chance quand l'homme trottina en direction des commodités. Jusque là figée dans l'ombre, quasiment invisible, elle se fraya un chemin à travers les fêtards pour le suivre, et s'enferma derrière lui dans les toilettes des hommes. Un loquet mal verrouillé qu'elle ne prit pas la peine de vérifier.
Quand la cible se retourna par surprise, elle tenait déjà fermement son Smith & Wesson et ne tarda pas à le braquer sur sa tempe.

Stupeur. Silence. Exaspération pour elle et sans doute impatience.Elle était loin d'être tout le temps  parfaite. Dix mille questions lui brûlaient la gorge, pourtant elle avait presque envie de tirer, juste par principe, pour le temps qu'il lui avait fait perdre, les blessures infligées ; elle avait mal et se sentait de plus en plus fatiguée.  

« J'hésiterai pas à te descendre », fut la phrase qui lui vint en premier. Il savait pourquoi il était là, pourquoi Elle était là. Dans le pire des cas, elle pouvait bien le flinguer et s'entretenir avec Loki dans le but de maquiller la scène. C'était tout ce qu'il méritait. Mais  bien que légèrement perturbée, la jolie brune ne l'était pas encore assez pour franchir ce pas là. « Tu m'as délibérément livré de fausses informations ; pourquoi ? A quoi tu t'attendais ? » Demeurée polie alors qu'elle n'avait qu'injures en tête, elle frôla du bout des doigts la gâchette quand la porte s'ouvrit sur eux violemment.

Dans la précipitation, prisonnière de sa stupéfaction, elle laissa vagabonder son regard jusqu'au colosse qui venait d'entrer. Une minute d'inattention à l'égard du premier homme, qui s'empara de l'occasion inespérée pour retourner la situation à son avantage...

Un coup porté au flanc droit qui la fit se tordre en deux, elle relâcha son arme  et la contempla tandis qu'elle s'écrasait au sol...  

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    Mar 14 Juil - 23:00

the night is dark and full of terrors

alecto fowler &  mess mcaleese


A quel moment s’était-on dit qu’aller chercher des réponses au fond d’un verre était une bonne idée ? Mess avait suffisamment d’alcool dans le nez pour que son sang soit devenu une substance inflammable et pourtant il regardait le liquide ambré qui dansait dans son verre à la fois avec un œil torve et légèrement excité. Sa langue était devenue pâteuse et il se sentait comme un bébé dont on venait de changer la couche, les sens et les réflexes émoussés ce qui lui allait à ravir. Car son plus gros problème ces derniers temps était de trop voir, percevoir, sentir et ressentir. Son horloge interne s’était détraquée et il vivait l’enfer sur terre. Comme si le mal l’avait saisi au collet et ne voulait plus le lâcher. D’ordinaire il aimait garder la tête froide et se prétendre assez solide pour supporter ses visions. Pas ce soir. Ce soir il en avait assez que ses cris fassent écho à celui d’un gosse. Et de sentir des mains se balader sur sa carne alors qu’il était seul dans la pièce. Frissonnant de dégoût alors qu’il y repensait, Mess avala d’une traite le fond de son verre. Avec son index, il recueillit scrupuleusement le liquide qui abreuvait chichement les parois pour en récupérer jusqu’à la dernière goutte puis il fit claquer le verre vide sur le comptoir.

« Un autre. » Croassa-t-il à l’adresse du barman qui le toisa avec hauteur en haussant un sourcil. Les barmans avaient toujours cette foutue habitude de vous regarder de haut alors que c’étaient eux qui vous versaient religieusement le poison de votre choix. Soupirant, le traqueur fouilla dans ses poches, le cuir de son blouson grinçant sur ses épaules et il sortit un billet assez gros pour se payer d’autres verres et la complicité du barman. Un billet qui disparut comme par magie et fut remplacé par un verre tout neuf avant même que Mess ait pu roter. « Putain de magicien à la con. » Grogna-t-il en versant l’alcool au fond de son gosier. D’un revers du bras il s’essuya les lèvres et suspendit son geste alors que son regard avait capté un mouvement à sa périphérie.

Mess pivota sur son tabouret – comprendre faillit se fracasser la tronche au sol – pour suivre la silhouette qui disparaissait déjà à l’arrière. Celle d’Alecto, une ancienne compagne de solitude. S’il ne l’avait pas croisée quelques semaines plus tôt, il se serait fait à l’idée d’avoir vu un autre fantôme. Mais elle était tout ce qu’il y avait de plus réel et… Une autre mauvaise idée consister à aller frotter son chagrin contre le corps nu d’une femme, et Mess était le roi des idées à la con ce soir. Il zigzagua entre les tables pour aller au pipi-room, ce qui tombait bien puisqu’il avait la vessie sacrément pleine maintenant.

Il ouvrit la porte à la volée et en même temps un courant électrique dansa dans ses reins, brouillant sa vision pendant quelques secondes. Quand il se reprit, ce fut seulement pour sentir une flambée de rage brûler dans ses veines. Comme une bête il se lança sur l’homme qui attaquait la brunette, le saisissant au col pour le projeter au sol. Le tenant toujours, il abreuva l’homme d’une série de coups de poings qui firent éclater la peau de ses phalanges et brisa quelque chose dans son visage également. Quand l’homme cessa de protester, il se redressa pour le finir à coup de pieds. Le rire qui résonna à ses oreilles exalta ses sens et sans savoir comment il sentit le contact froid et rassurant de son arme dans sa paume. Il pointa le flingue vers le visage de la créature qu’il voyait et il engagea une balle dans le canon. « Tu bouges, tu rejoints tes petits copains dans la fournaise. » Prévint-il. Son regard se promena dans la pièce, à la recherche d’Alecto. Ce n’était plus elle qu’il voyait. Il n’y avait pas de nom pour ce qui le hantait.
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    Jeu 16 Juil - 22:52

the night is dark and full of terrors

mess mcaleese & alecto fowler

Faible. Elle se plaisait à croire qu'elle ne l'était pas souvent, mais parfois il lui fallait se rendre à l'évidence dans la plus grande brutalité.
Cette fois, elle se laissa tomber doucement, cherchant du bout des doigts un rebord de lavabo, une aspérité sur le mur dans le vain espoir de s'y raccrocher. Sa lutte acharnée pour empêcher ses jambes de se dérober sous son poids s'était soldée par un échec ; elle n'aurait pu même tenir son arme ni viser juste si cela s'était avéré nécessaire.

Le regard vide, le souffle court, elle tenait toujours d'une main la cible de son agresseur ; le coup violent qu'il y avait porté l'avait assommée de douleur.
« Tu bouges, tu rejoins tes petits copains dans la fournaise ». Ce ne fut qu'une voix, après quelques secondes d'absence, qui la ramena à la réalité.
Un voix, comme un écho lointain, gorgé d'angoisse, de doutes et de souvenirs. Une voix qu'elle n'eut finalement aucun mal à associer au visage qu'elle n'avait pourtant pu voir.

Il était là, transpirant violence et rage et prenant sa défense après avoir fait office de distraction. Engluée dans sa propre peine, elle n'avait pas suivi la scène mais le bruit des coups résonnait encore à ses oreilles ; maintenant qu'elle pouvait voir, le visage de l'importun ne ressemblait plus qu'à un tableau contemporain, amas de chair et de sang.

Un frisson alors parcourut son échine ; parce qu'elle ne l'avait connu que gentleman et doux, l'ancien avocat lui parut soudain être un autre homme ; à tel point qu'elle envisagea le scénario fatal, celui de la possession, avant de se reprendre et de réaliser qu'elle avait probablement changé tout autant. Traqueurs tous les deux désormais, ils s'étaient promis à un destin de haine et de sang, fait de violence et de désillusion. Jamais elle n'aurait cru le voir soumis à de tels engagements, lui, le garçon charmeur et brillant... Et pourtant.

A force de courage et de persévérance, s'agrippant à tout ce qu'elle pouvait trouver, elle finit lentement par se relever. Dans son dos, un appui salutaire pour lui éviter d'à nouveau s'écrouler. Constatant que son arme était restée à terre, elle prit une nouvelle fois conscience de son impuissance dans cette situation. Tout contrôle lui échappait totalement ; elle n'avait même plus la force de penser correctement, d'élaborer une quelconque stratégie. L'attaquant était à la merci d'Éamonn  maintenant, et elle n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire de lui. Cet éclair dans sa conscience, cette foutue raison, ce soir non plus elle ne lui avait pas menti : c'était de repos dont elle aurait eu besoin, sûrement pas de chasse à l'imposteur. Elle avait suivi sa fureur, non son instinct, et voilà qu'elle en payait le prix...

Nouvel objectif, nouveau ballet incessant entre une position et son contraire pour trouver un semblant d'équilibre et la trajectoire la moins douloureuse possible. Agenouillée derrière les deux silhouettes, elle brandit sa main libre en direction du sol pour y chercher son arme à tâtons. Il n'y avait rien à faire ; elle préférait souffrir le martyr pour la récupérer plutôt que de se voir affronter la scène, sans. Un pistolet fiable et puissant, amélioré et contrôlé par l'un des frères et en l'absence duquel elle ne pouvait plus se sentir en sécurité. Un meilleur ami, son plus fidèle allié...
A moitié redressée, à son tour elle frôla la gâchette, prête à menacer. Mais le chasseur à lui tout seul maîtrisait la situation, et comme la porte des toilettes était toujours ouverte, elle se rua dessus, soudain inquiète à l'idée de soumettre cette vision barbare au commun des mortels. Et dans le reflet du miroir, à l'opposé de la pièce, une nouvelle angoisse accapara son attention ; son abdomen tâché de rouge.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    Dim 26 Juil - 20:48

the night is dark and full of terrors

alecto fowler &  mess mcaleese


Il n’y avait pas de mots pour la vision qui le hantait, qui rampait sous sa peau et voulait le posséder. Mess faisait de son mieux, mais la sensation était en train de le gober, l’aspirant dans sa spirale infernale. Il ne voyait pas l’homme dont il avait détruit la mâchoire, mais une créature venue des enfers qui se gaussait de lui. Déviance d’un esprit confus. Il s’épongea le front, humide de sueur et des gouttes roses coulèrent le long de ses temps. Clignant des paupières, il voulut se débarrasser de la brûlure qui lui occultait la vision et raffermissait sa prise sur son arme. Pour faire bonne mesure, il colla un coup de pied dans l’abdomen de l’homme, satisfait par son cri étouffé. Puis son regard capta un mouvement à côté de lui.

Vif, il plongea sa main dans sa veste, le cuir craquant sur ses épaules alors que l’odeur de poudre devenait omniprésente. Il pointa la seconde arme sur la tâche écarlate qui s’épanouissait comme une rose sur l’abdomen d’Alecto. Baignant encore dans la confusion, il était incapable de distinguer ennemis d’amis. De toute façon tout était brouillé ces derniers temps, comme si ses radars s’étaient mis en berne. La gueule dans la merde, voilà ce qu’il avait, depuis toujours. Il croyait avoir ouvert les yeux, pour mieux trébucher dans une bouse plus énorme encore. Ca faisait un bail qu’il avait l’impression de piétiner dans la merde.

« Toi non plus tu bouges pas. » Laissa-t-il échapper dans un grognement de bête blessée, le muscle de sa mâchoire tressautant à force de pression. « Je sais pas… » Il secoua la tête une fois, comme pour se débarrasser d’une mauvaise idée qu’on venait lui chuchoter à l’oreille. Puis il cligna des paupières, la vision encore trouble. Il était supposé faire confiance à Alecto, bien qu’elle appartienne à un segment de sa vie qu’il avait enterré. Mais pour l’instant son instinct lui hurlait de ne pas baisser la garde. Quelque chose clochait mais il était incapable de déterminer quoi. Putain l’alcool était vraiment mauvaise conseillère.

« Envoie-moi ton flingue. Et ne déconne pas. » Souffla-t-il d’une voix incertaine, son regard sur elle mais son esprit happé ailleurs. Des ongles griffant la peau de ses bras. Orientant le canon de l’arme vers le cœur de la jeune femme. Une voix qui lui répétait qu’elle se foutait de sa gueule. Putain. Une voix dans sa tête. « Tu les poses par terre et tu le fais glisser jusqu’à moi. » A ses pieds déjà, le mec s’était évanoui, envolé pour un monde sans douleur l’espace d’un petit quart d’heure.

« MAINTENANT PUTAIN ! »

 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    Jeu 6 Aoû - 21:58

the night is dark and full of terrors

mess mcaleese & alecto fowler

A leurs pieds, l'homme qui l'avait dupée n'était plus que carcasse inanimée. Son visage blême autrefois arborait des nuances violacées, et du sang s'écoulait de sa lèvre éclatée. Son image reflétait à l'évidence la violence de son agresseur, celle-là même à laquelle elle se devait maintenant d'échapper.
Ils étaient deux désormais dans le schéma du traqueur devenu proie.

Agenouillée contre la porte, l'enquêtrice n'eut pas longtemps le loisir de contempler l'étendue des dégâts ; sa plaie s'était rouverte, les fils avaient sauté, mais elle n'aurait su dire à quel point c'était grave ou délicat. Elle avait bien autre chose à penser.  

Dans le viseur de l'armurier, elle n'était plus qu'une poupée, aisément manipulable. Aucun choix ne s'offrait à elle sinon celui d'obtempérer. Comme il la menaçait, le professeur ravala sa fierté afin de se soumettre, et lentement fit progresser son arme à hauteur de l'assaillant.

Éamonn n'était plus l'homme qu'elle avait connu. Tout comme elle, il avait irrémédiablement changé, mais elle ignorait encore si la transformation avait été radicale à ce point ou si quelque chose de précis le perturbait à l'instant. Elle songea tout d'abord à l'éventualité d'une possession, non pas démoniaque mais plutôt maline. Il n'y avait pas si longtemps, elle avait vu un esprit à l’œuvre après une affaire inachevée dont Billy avait fait les frais. En l'absence du médium, elle s'était débrouillée seule un temps, ravivant de ses maigres moyens les souvenirs de l'humain dans l'espoir de le voir reprendre le dessus...  
Conserver son sang-froid dans pareille situation relevait du défi, mais l'enquêtrice rassembla ses dernières forces pour engager le dialogue. C'était une piste comme une autre et la seule qu'elle pouvait se permettre d'envisager ; il n'y avait pas 36 moyens de s'extirper de ce pétrin, aussi redoutait-elle l'arrivée d'un tiers dans la pièce...

« Et maintenant, que vas-tu faire ? » Elle mettait un point d'honneur à se montrer sereine mais le ton de sa voix trahissait son malaise à l'idée de se savoir prise au piège. Douce et calme, comme peu d'autres l'auraient été à sa place, elle plongea pourtant son regard dans celui de l'ancien avocat, rêvant d'y trouver la clef de l'énigme ;

« Je n'ai pas forcé ces retrouvailles mais je t'avoue que... » un accès de douleur la fit sursauter ; « j'imaginais plutôt une entrevue cordiale autour d'un café ».

Il était vrai qu'elle avait été choquée de le revoir après toutes ces années et plus encore de le savoir tombé dans ce monde où elle-même avait choisi d'évoluer. Après leur dernière rencontre au magasin avec Billy, elle avait tout fait pour l'éviter. Mais cette nouvelle confrontation était bien pire qu'elle n'aurait pu l'imaginer...  

« Je n'arrive pas à savoir si tu me prends pour quelqu'un d'autre ou si tu n'es pas tout à fait toi mais... regarde l'arme. Billy te l'a apportée et tu l'as améliorée pour moi. Je suis venue la récupérer avec lui il y a près d'un mois ». Dans un même temps, pensant peut-être que cela pouvait la sauver, elle releva le bord de sa chemise pour dévoiler le haut de sa hanche dénudée. Un tatouage s'y dessinait, symbole censé la protéger des intrusions surnaturelles. Pour lui prouver, au cas où, qu'elle était bien elle.

« Écoute... je ne te veux aucun mal ; je suis venue pour lui ». Du menton elle désigna sa victime encore à terre sans daigner la contempler. « Regarde-moi. Je suis... blessée et sans défense et... j'ai besoin de voir un médecin ». Il lui était tout aussi difficile de l'admettre que de le constater.

« Bientôt des gens vont vouloir entrer. Il n'est pas dans ton intérêt de les laisser te trouver là avec deux cadavres sur les bras... »

Un monologue sans queue ni tête, peut-être bien. Mais elle ne pouvait compter que sur lui pour éveiller la raison de son opposant. Épuisée, elle ne tarderait pas à s'écrouler et alors... elle n'aurait plus aucune chance d'intercéder pour sa survie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors ♦ Amesto    

Revenir en haut Aller en bas
 

the night is dark and full of terrors ♦ Amesto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» IVAN ☩ night is dark and full of terrors
» The night is dark and full of terrors ~ Eliana & Calista
» [the night is dark and full of terrors]
» [#6] Cause the night is dark and full of... Fantominus [Terminé]
» SUJET COMMUN N°4 - WHEN THE NIGHT IS DARK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Whitefish :: 
CITY OF WHITEFISH & WORLD
 :: South of Los Angeles :: The Break Bar
-